Au Siècle du Libertinage ! Dieu que les abbés étaient intelligents.Qu’il était charmant de vivre!

Au Siècle du Libertinage !

 

Dieu que les abbés étaient spirituels  à souhait au siècle du libertinage! Heureuse époque hélas révolue ! Esprits curieux de tout.
Hommes d’Eglise et Hommes du monde !

La chose en réalité était fort plaisante ! Si la religion ne fût pas toujours le champ où ils cultivaient leur âme et celle de leurs ouailles, ils étincelèrent pour notre plus grand bonheur de mille  feux au royaume de l’esprit !
Et du bel esprit !

Certains furent de vrais libertins, mais « Seigneur qui suis-je pour juger ». D’autres furent de vrais intellectuels épris et pétris de culture.


Que le lecteur ne soit pas choqué par leur libertinage. À leur défense certains avaient été jeté en religion contre leur gré et leur goût. Leur réussite dans le monde fût la douce et amère récompense de leur vocation contrariée.
Au reste leur libertinage qui correspondait à l’air du temps fût presque toujours fin et de bon aloi.
Leur intelligence acérée permit à certains d’être de vrais politiques, engoncés dans la vie de la société. D’autres dont l’esprit pétillait de malice telles  de fines et légères  bulles de champagne dont ils raffolaient  au demeurant devinrent de fins lettrés.

Et aux fêtes galantes « ils ne furent pas les derniers. »
Mais n’est-ce pas Saint Augustin lui-même qui disait « Seigneur accorde moi la chasteté mais pas tout de suite » !

Leur compagnie -fort prisée dans les salons littéraires où ils brillèrent- fit d’eux  de fins connaisseurs des mœurs et des gens de leur époque.
Alors certes on ne les citera pas comme exemples de moralité ou de parangons de vertu !
Mais outre que tels n’étaient ni leur propos ni leur mission ils nous ont laissé à leur manière parfois beaucoup plus.

Le lecteur amusé lira le journal de l’abbé Mugner à cheval sur le 19e et XXe siècle. Ses chroniques, toujours subtiles, nous renseignent éloquemment sur l’évolution des mœurs, les idées et les grands combats de l’époque.
Un autre abbé monta très vite en grade. Il et fût l’inventeur de la France moderne  et  accessoirement devint Cardinal.
À sa mort le Pape dit « si Dieu n’existe pas alors Monsieur Armand Duplessis aura réussi dans sa vie. Mais si Dieu existe, alors le Cardinal de Richelieu – pour ne pas le nommer – aura des comptes à rendre à son Créateur » !
Nous nous garderons bien -quant à nous- de renseigner le pape quant à l’issue du jugement !

Voici donc un texte délicieux de l’abbé de Lattaignant ! O tempora, O mores !
Ces quelques lignes étaient destinées non à des jeunes filles mais à des dames honorablement connues qui tenaient salon littéraire !

Dieu que la vie était charmante en cette époque bénie des Dieux !

 

Leo Keller

 

 

Le Mot et la Chose

 

Madame quel est votre mot

Et sur le mot et sur la chose

On vous a dit souvent le mot

On vous a fait souvent la chose

Ainsi de la chose et du mot

Vous pouvez dire quelque chose

Et je gagerais que le mot

Vous plaît beaucoup moins que la chose

Pour moi voici quel est mon mot

Et sur le mot et sur la chose

J’avouerai que j’aime le mot

J’avouerai que j’aime la chose

Mais c’est la chose avec le mot

Mais c’est le mot avec la chose

Autrement la chose et le mot

A mes yeux seraient peu de chose

Je crois même en faveur du mot

Pouvoir ajouter quelque chose

Une chose qui donne au mot

Tout l’avantage sur la chose

C’est qu’on peut dire encore le mot

Alors qu’on ne fait plus la chose

Et pour peu que vaille le mot

Mon Dieu c’est toujours quelque chose

De là je conclus que le mot

Doit être mis avant la chose

Qu’il ne faut ajouter au mot

Qu’autant que l’on peut quelque chose

Et que pour le jour où le mot

Viendra seul hélas sans la chose

Il faut se réserver le mot

Pour se consoler de la chose

Pour vous je crois qu’avec le mot

Vous voyez toujours autre chose

Vous dites si gaiement le mot

Vous méritez si bien la chose

Que pour vous la chose et le mot

Doivent être la même chose

Et vous n’avez pas dit le mot

Qu’on est déjà prêt à la chose

Mais quand je vous dis que le mot

Doit être mis avant la chose

Vous devez me croire à ce mot

Bien peu connaisseur en la chose

Et bien voici mon dernier mot

Et sur le mot et sur la chose

Madame passez-moi le mot

Et je vous passerai la chose.

 

Gabriel Charles abbé de Lattaignant

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :