Bienvenue chez les zombies. Par Riss de Charlie Hebdo

Bienvenue chez les zombies
Par Riss de Charlie Hebdo
La proclamation par la Catalogne de son indépendance fait trembler l’Espagne et l’Europe. Il y a de quoi. Le spectacle ressemble à la scène d’un film d’épouvante, quand les zombies commencent à manger leurs propres entrailles. La démocratie espagnole est un peu dans la même situation : dévorée de l’intérieur par un autre mouvement démocratique. Après la Catalogne toutes les démocraties d’Europe pourraient être à leur tour dépecées par une multitude de démocraties plus petites. Mais cette dynamique, si elle se propageait, pourrait bien se retourner aussi contre les indépendantistes catalans eux-mêmes.
Car qui sait, si, dans vingt ou trente ans, telle partie de la Catalogne ne revendiquera pas à son tour son indépendance, en voulant couper les ponts avec le pouvoir central de Barcelone ? Après les régions de Catalogne, ce seront peut-être les villes qui réclameront leur indépendance, revenant aux premiers temps de la démocratie grecque quand chaque cité était un État, comme Athènes ou Sparte.
Puis les quartiers, les arrondissements des villes, et peut-être même les rues proclameront leur indépendance avec la rue d’en face. Comme en Irlande, à Belfast, où d’une rue à l’autre on passe du quartier protestant au quartier catholique. Il ne restera plus qu’à atteindre le stade ultime de la démocratie : chaque individu deviendra le chef de son propre État, de sa propre personne, de sa propre existence, et il pourra défiler dans sa rue, sous son propre drapeau qu’il aura dessiné lui-même, chantera son hymne personnel qu’il aura écrit tout seul, et votera démocratiquement des lois qu’il n’appliquera qu’à lui. Chacun des sept milliards d’êtres humains de cette planète deviendra le souverain absolu de sa propre existence. L’ONU accueillera non plus 193 états, mais 7 milliards d’états indépendants. Un État par individu. Une démocratie par êtres humains. On ne pourra pas faire mieux.
Poussons jusqu’à l’absurde cette logique séparatiste. Les doigts de pieds feront cessation des doigts de la main, dont ils ne partagent pas la même culture. Puis ce sera l’oreille gauche qui proclamera son indépendance vis-à-vis de l’oreille droite, qui n’entend jamais les mêmes choses. À son tour, l’estomac organisera un référendum pour sortir du système digestif, au nom de son identité propre. Et ainsi de suite, pour terminer sur une table d’autopsie avec un organe dans chaque sac en plastique. Voilà où finira l’Europe.
La démocratie est une idée vertigineuse, car elle est sans fin, comme l’horizon qui s’éloigne à chaque fois qu’on essaie de s’en approcher. Qui osera dire « stop, c’est ici que les revendications démocratiques s’arrêtent » ? Qui possède la légitimité la légitimité pour ça ? Personne, puisqu’en démocratie la légitimité n’appartient qu’au peuple.
La liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes pose cependant deux questions :
1 Qu’est-ce qu’un peuple ? Où commence et où finit un peuple ?
2 La liberté qu’ont les peuples à disposer d’eux-mêmes a-t-elle une limite ? Jusqu’où est-on libre de faire scission avec les autres ?
Finalement, le rêve des catalans fait-il rêver tant que ça ? On nous bassine à longueur d’année avec le « vivre ensemble » alors qu’en réalité on préférerait vivre dans sa province, dans sa région, dans sa ville, dans son hameau, dans son salon, dans son garage, dans son cagibi.
Bienvenue dans l’Europe des nations.
Bienvenue dans l’Europe des cagibis.

Riss
Charlie Hebdo 1er novembre 2017

Merci à Charlie Hebdo d’être toujours en première ligne pour défendre avec intelligence ma liberté.
Il a payé le prix fort pour cela. Le prix du sang. Je ne l’oublie pas.
LK

Publicités

Comments

  1. bonjour,
    je suis d’accord avec la question de fond sur « Qui décide ? » et « comment on construit une démocratie » » mais je trouve que la logique de sécession est trop poussée à l’absurde, sur les organes du corps et les individus, et oublie de ce fait la question qui aurait pu être plus mise en regard de la volonté d’indépendance : que veut dire l’appel au « vivre ensemble? ». C’est qui cet « ensemble » qu’on veut ainsi constituer ?
    Sur cette contradiction, apparente au moins, on aurait pu développer l’absurde aussi.
    bon, c’est au moins cette idée que j’aurais retenue de ce texte.
    Martine Cohen (sociologue)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :