Exsultate,Jubilate .Une soirée mémorable au Théâtre Mariinsky avec Anna Netrebko et Placido Domingo

 

Deutsch: Anna Netrebko bei ihrem Deutschland-Debüt

Deutsch: Anna Netrebko bei ihrem Deutschland-Debüt (Photo credit: Wikipedia)

Exsultate, Jubilate !Dans le cadre du théâtre Mariinsky -rénové avec grâce et élégance- nous avons assisté dans la soirée du 2 Mai  sur la chaîne de télévision Mezzo à un florilège de certains des plus beaux morceaux de musique et du bel canto.

Érigé en 1860 en hommage à la fille du tsar, ce théâtre dégage une étrange magie.

Au sceau  de la pure jubilation, nous avons virevolté de ballets classiques -où a étincelé l’étoile Uliana Lopatkina- en ballets  modernes parfaitement exécutés.

Au sceau  de la fantaisie, nous avons eu le bonheur d’entendre une délicieuse version des Noces de Figaro, où le pianiste s’est révélé, virtuose.

Au sceau de la fraîcheur parfaitement travaillée, nous avons vu évoluer les charmantes têtes blondes du chœur des enfants de Mariinsky.

Au sceau  de la diversité se sont succédés des morceaux de Tchaïkovski (il est vrai qu’on s’attendait à le voir interprété en pareil équipage à Saint-Pétersbourg) des airs  de musique orthodoxe sacrée (la vérité nous oblige à dire que nous ne nous attarderons pas sur ces passages lors que nous ne sommes pas fascinés par la musique sacrée.)

Au demeurant les costumes y étaient resplendissants, quoiqu’ un peu chargés à notre goût.

Au sceau du tourbillon jaillirent les Noces de Figaro, Carmen, la  Habanera, le Barbier de Séville, et un délicieux air du Voyage à Reims.

Les costumes y étaient vifs et fort bellement portés.

On ne sait d’ailleurs pourquoi les Russes affectionnent  tant cet opéra qui y est joué plus souvent qu’à son tour dans la patrie des tsars.

Les costumes parfaitement assortis aux morceaux interprétés, les décors magnifiques et dans le ton. Aucune fausse note dans cette soirée !

Afin de ne pas être nous attirer immédiatement les foudres d’un lecteur impatient, exécutons donc un brisé ou une cabriole- tout ébloui et tout ouïe devant un Placido Domingo égal à lui-même ; c’est-à-dire enjoué, charmeur, bref en ténor  au mieux de sa forme.

Deux secondes lui suffirent pour séduire son public.

Et puis

« Exsultate, Jubilate,O vos animae beatae »

La grande, l’incomparable, la superbe et impériale Anna Netrebko !

Lorsqu’elle habille Macbeth elle se révèle une grande, une formidable tragédienne !

Elle en habille le drame sobrement et efficacement !

Adorable beauté vêtue d’une  somptueuse robe fourreau, elle sut se montrer économe dans son port et dans ses transports.

Aucun  geste inutile, la  simplicité faite perfection !

Sa tessiture parfaite mais ensorceleuse !

De Macbeth à Yolanta en passant sans interruption – à des airs  plus joyeux elle en possède tous les registres, elle en joue avec une joyeuse maestria !

Avoir eu l’immense bonheur de l’entendre -encore dernièrement salle Pleyel- jouer Yolanta, nous n’en avons été que plus émus.

Que le lecteur nous pardonne, nous nous sommes amusés à comparer, note pour note, différents morceaux exécutés par la Callas et Netrebko.

A notre humble avis, sauf dans Casta Diva, ou la Callas – servie par un visage à la beauté tragique – Anna Netrebko nous paraît aujourd’hui la digne héritière de la Callas.

Digne héritière, sinon supérieure à tout le moins égale !

Au sceau  de la vérité Anna Netrebko est Anna Netrebko !

Anna Netrebko  ce sont de merveilleux  yeux noirs tantôt espiègles, tantôt trahissant les peines les plus profondes de l’âme humaine !

Mais ce sont avant tout des yeux ensorceleurs !

Anna Netrebko, c’est un port altier qui vous fait don de sa complicité espiègle !

Un sourire ravageur qui fait chavirer toute la salle.

Saluons -à ce propos- le visage sombre et fermé de Poutine. L’ex colonel du redoutable KGB et-« apprenti- démocrate au petit pied » (comment le nommer autrement) a visiblement gardé de l’époque bolchevique l’air engoncé et gourmé qu’il était de bon ton-alors- d’afficher à la tristement célèbre  Loubianka.

Au sceau  de la gaieté, cette formidable soirée fut marquée !

Lorsque le ténor Placido Domingo prit l’espace d’un instant la baguette du chef d’orchestre – au demeurant excellent – Valéry Cergiev – ce fut un moment magique.

Et lorsque le, frais  émoulu, chef d’orchestre joignit sa voix à René Papé dans « la cidarem la mano » le public fut comblé d’aise.

Lors qu’Anna Netrebko  interpréta « la cidarem la mano » -une trouvaille géniale – le ballet des roses.

Une plaisanterie certes, mais qui finalement ponctue à merveille le livret du délicieux libertin qu’était Lorenzo da Ponte.

La grâce et la beauté d’Anna Netrebko firent corps avec les roses. Génial !

Au sceau  de la perfection, Madame Netrebko, personne ne songera à vous disputer votre place !

Signalons encore une particularité. Il semble qu’en Russie- le respect du public (à l’opéra en tout cas- dans la vie civile – nous n’oserions pas nous aventurer aussi loin) soit la règle.

Tradition des ballets et costumes qui n’excluent pas des inventions de bon aloi parce que parfaitement justifiées et parfaitement classiques dans leur modernité.

Le lecteur nous pardonnera – du moins l’espérons nous- de citer Dumas Père pour le désavouer aussitôt !

Dumas, disait à propos de la Dame aux Camélias « Ce ne sont pas des femmes comme il faut mais ce sont des femmes qu’il nous faut ».

Gageons avec le lecteur que si Dumas avait entendu et vu, la divine Anna Netrebko, il n’eut point  prononcé ce trait d’esprit au demeurant fort spirituel. Un dernier conseil : sous aucun prétexte ne ratez Anna Netrebko la prochaine fois qu’elle se produira.

Leo Keller

Placido Domingo at the 81st Academy Awards

Placido Domingo at the 81st Academy Awards (Photo credit: Wikipedia)


 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :