deux pures merveilles de poesie .Victor Hugo et Charles Baudelaire .parce qu’il faut se battre pour atteindre le beau

Il est des moments dans la vie d’un individu ou d’une nation où la poésie eploye les ailes de la beauté et impose sa puissance en majesté !

Des événements personnels et heureux m’ont ramené à un poème de mon enfance. Charles Baudelaire « la vie antérieure. » Pour partager ma joie le beau absolu s’imposait. Ceux qui connaissent ce merveilleux poème de Baudelaire le reliront avec plaisir. Ceux qui ne le connaissaient point seront émerveillés.

Des événements dramatiques ne peuvent que nous inspirer un minimum de décence et de méditation. C’est le moins que l’on puisse attendre et exiger de tout homme civilisé. On aura assisté ces dernières semaines au pire de ce que notre démocratie peut apporter : le refus d’une volonté de vivre ensemble, une mauvaise foi abyssale et le déferlement de tous les poncifs démagogiques.

À cette aune chaque camp aura rivalisé dans la démagogie la plus insupportable. Nous reviendrons sur ces dévoiements ultérieurement. La réponse à apporter au drame ignoble survenu cette semaine commande dans un premier temps le silence et le recueillement. Nous n’ajouterons pas le bruit au vacarme.

À cet égard le superbe poème de Victor Hugo « braves gens prenez garde à ce que vous dites » permet de prendre un peu de hauteur. À toutes et à tous nous vous en souhaitons une bonne et belle lecture.

Leo keller

La vie antérieure . Charles Baudelaire

J’ai longtemps habité sous de vastes portiques

Que les soleils marins teignaient de mille feux

Et que leurs grands piliers, droits et majestueux,

Rendaient pareils, le soir, aux grottes basaltiques.

Les houles, en roulant les images des cieux,

Mêlaient d’une façon solennelle et mystique

Les tout-puissants accords de leur riche musique

Aux couleurs du couchant reflété par mes yeux.

C’est là que j’ai vécu dans les voluptés calmes,

Au milieu de l’azur, des vagues, des splendeurs

Et des esclaves nus, tout imprégnés d’odeurs,

Qui me rafraîchissaient le front avec des palmes,

Et dont l’unique soin était d’approfondir

Le secret douloureux qui me faisait languir.

Charles Baudelaire

Victor Hugo

Jeunes gens, prenez garde aux choses que vous dites

Jeunes gens, prenez garde aux choses que vous dites.

Tout peut sortir d’un mot qu’en passant vous perdîtes.

Tout, la haine et le deuil ! – Et ne m’objectez pas

Que vos amis sont sûrs et que vous parlez bas… –

Ecoutez bien ceci :

Tête-à-tête, en pantoufle,

Portes closes, chez vous, sans un témoin qui souffle,

Vous dites à l’oreille au plus mystérieux

De vos amis de coeur, ou, si vous l’aimez mieux,

Vous murmurez tout seul, croyant presque vous taire,

Dans le fond d’une cave à trente pieds sous terre,

Un mot désagréable à quelque individu ;

Ce mot que vous croyez que l’on n’a pas entendu,

Que vous disiez si bas dans un lieu sourd et sombre,

Court à peine lâché, part, bondit, sort de l’ombre !

Tenez, il est dehors ! Il connaît son chemin.

Il marche, il a deux pieds, un bâton à la main,

De bons souliers ferrés, un passeport en règle ;

– Au besoin, il prendrait des ailes, comme l’aigle ! –

Il vous échappe, il fuit, rien ne l’arrêtera.

Il suit le quai, franchit la place, et caetera,

Passe l’eau sans bateau dans la saison des crues,

Et va, tout à travers un dédale de rues,

Droit chez l’individu dont vous avez parlé.

Il sait le numéro, l’étage ; il a la clé,

Il monte l’escalier, ouvre la porte, passe,

Entre, arrive, et, railleur, regardant l’homme en face,

Dit : – Me voilà ! je sors de la bouche d’un tel. –

Et c’est fait. Vous avez un ennemi mortel.


Victor Hugo, by Alphonse Legros.

Victor Hugo, by Alphonse Legros. (Photo credit: Wikipedia)

Charles Baudelaire (1821-1867)

Charles Baudelaire (1821-1867) (Photo credit: Wikipedia)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :