L’adresse d’Abraham Lincoln au professeur de son fils .Un morceau d’éloquence et d’humanité!

Le 16e Président des États-Unis d’Amérique, élu en 1860 représente la quintessence du rêve américain. Président à la stature exceptionnelle, il dévoile une inébranlable confiance en la nature humaine. La lettre adressée au professeur de son fils éclaire et enlumine le portrait officiel de l’Homme d’État.
À chaque ligne y surgit la vertu telle que l’enseignait Cicéron. Ce message habille et habite à merveille la force tranquille et généreuse du protestantisme américain. Lincoln éploie dans cette « épître » un style simple et merveilleusement élégant.
Mais surtout elle est la meilleure réponse à tous les errements populistes.

Après avoir exercé moult petits métiers il grimpe les échelons jusqu’à devenir un des avocats les plus brillants de l’Illinois. À peine élu par les Grands Electeurs du Nord les états du Sud font sécession. De son ère date la présidence impériale.
Lincoln « regnante » les pouvoirs présidentiels sortent de leur gangue étroite. Faisant fi du « cliffhanger » il explose tous les budgets. Mais il sauve l’Union.
Lincoln donc!

Sénèque disait « Nous ne faisons pas les choses parce qu’elles sont difficiles. Les choses sont difficiles parce que nous ne les faisons pas. »

Au trébuchet de l’histoire Lincoln se révéla un géant ! Homme d’État et visionnaire, il sut houspiller tous les encadrements du Congrès, mais surtout il osa ! Il osa devancer les mentalités engoncées et encalminées de ses concitoyens.
Il osa aussi, parfois, quelques menteries pour que la dignité humaine nimbe de son majestueux manteau tout homme.
Lincoln donc!

Les républicains se battaient pour la sauvegarde de l’Union. Ils ne furent pas tous-tant s’en faut- à la pointe du combat anti esclavagiste. 70 ans s’égrèneront à la pendule de l’histoire avant que les USA élisent un Président de cette envergure qui portera fièrement le gonfalon de la démocratie dans un monde ravagé par la barbarie nazie.

Lincoln premier Président impérial des USA.
Lincoln donc!

Le grand œuvre de Lincoln est d’avoir utilisé la guerre civile pour que la démocratie et la dignité s’imposent à tous: blancs et noirs. Tout lui fut bon pour cela. En dépit d’une extension massive des pouvoirs présidentiels et des pouvoirs fédéraux –et l’on sait à quel point les Américains étaient jaloux de leurs prérogatives locales – il triompha de McLellan.

S’il bouscula les pouvoirs du Congrès il sut le préserver.
Lincoln donc!
Homme d’État et homme d’État visionnaire il eut la sagesse de pardonner et de réintégrer les vaincus dans la grande Union!
Lincoln donc!

Président au caractère forgé dans l’acier, il avait accoutumé lors des réunions parfois houleuses du Cabinet de dire «Messieurs sept voix contre une voix pour. La voix pour l’emporte à l’unanimité. »

Lincoln donc!

Le 16 avril 65 un minable acteur assassina Lincoln.

Depuis ce jour l’Amérique se désole et ne se console point.
Lincoln donc!

Leo Keller

La lettre d’Abraham Lincoln au professeur de son fils

Il aura à apprendre, je sais, que les hommes sont pas tous justes, ne sont pas tous sincères. Mais enseignez lui aussi que pour chaque canaille il y a un héros, que pour chaque politicien égoïste, il y a un dirigeant dévoué…
Enseignez lui que pour chaque ennemi il y a un ami.

 

Cela prendra du temps, je le sais, mais enseignez lui, si vous pouvez, qu’un dollar gagné a bien plus de valeur que cinq dollars trouvés. Apprenez-lui à savoir perdre mais également à apprécier une victoire. Éloignez-le de l’envie, si vous pouvez, enseignez-lui le secret d’un rire apaisé. Qu’il apprenne de bonne heure que les tyrans sont les plus faciles à flatter…

 

Enseignez lui, si vous pouvez, les merveilles des livres…
Mais laissez-lui un peu de temps libre pour considérer le mystère éternel des oiseaux dans le ciel, des abeilles au soleil et des fleurs au au flanc d’un coteau vert.
A l’école, enseignez lui qu’il est bien plus honorable d’échouer que de tricher…
Apprenez lui avoir foi en ses propres idées, même si tout le monde lui dit qu’elles sont erronées… Apprenez lui être doux avec les doux et dur avec les durs.

 

Essayez de donner à mon fils la force de ne pas suivre la foule quand tout le monde se laisse entraîner…
Apprenez-lui à écouter tous les hommes… Mais apprenez lui aussi à filtrer tout ce qu’il entend à travers l’écran de la vérité et à n’en retenir que ce qui est bon.

Apprenez lui, si vous pouvez, à rire quand il est triste…
Apprenez lui qu’il n’est aucune honte à pleurer.
Apprenez-lui à se moquer des cyniques et à prendre garde devant une douceur excessive…
Apprenez-lui à vendre ses muscles et son cerveau au plus haut prix mais à ne jamais fixer un prix à son cœur et à son âme.

Apprenez-lui à fermer les oreilles devant la foule qui hurle et à se tenir droit et à combattre s’il pense avoir raison.
Traitez-le doucement mais ne le dorlotez pas… Parce que seule l’épreuve du feu permet de faire un bon acier.

Qu’il ait le courage d’être impatient et la patience d’être courageux. Apprenez-lui toujours à avoir une immense confiance en lui-même, parce que dès lors, il aura une immense confiance en l’humanité. C’est une grande exigence, mais voyez ce que vous pouvez faire… C’est un si bon garçon… Mon Fils !
Abraham Lincoln

Abraham Lincoln’s Letter to His Son’s Teacher

He will have to learn, I know,
that all men are not just,
all men are not true.
But teach him also that
for every scoundrel there is a hero;
that for every selfish Politician,
there is a dedicated leader…
Teach him for every enemy there is a
friend,

Steer him away from envy,
if you can,
teach him the secret of
quiet laughter.

Let him learn early that
the bullies are the easiest to lick… Teach him, if you can,
the wonder of books…
But also give him quiet time
to ponder the eternal mystery of birds in the sky,
bees in the sun,
and the flowers on a green hillside.

In the school teach him
it is far more honourable to fail
than to cheat…
Teach him to have faith
in his own ideas,
even if everyone tells him
they are wrong…
Teach him to be gentle
with gentle people,
and tough with the tough.

Try to give my son
the strength not to follow the crowd
when everyone is getting on the band wagon…
Teach him to listen to all men…
but teach him also to filter
all he hears on a screen of truth,
and take only the good
that comes through.

Teach him if you can,
how to laugh when he is sad…
Teach him there is no shame in tears,
Teach him to scoff at cynics
and to beware of too much sweetness…
Teach him to sell his brawn
and brain to the highest bidders
but never to put a price-tag
on his heart and soul.

Teach him to close his ears
to a howling mob
and to stand and fight
if he thinks he’s right.
Treat him gently,
but do not cuddle him,
because only the test
of fire makes fine steel.

Let him have the courage
to be impatient…
let him have the patience to be brave.
Teach him always
to have sublime faith in himself,
because then he will have
sublime faith in mankind.

This is a big order,
but see what you can do…
He is such a fine fellow,
my son!

 un jeune touriste victorieux place Wenceslas

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :