La Fed au pied du mur ! Par Jacques Rubin

La Fed au pied du mur !

 

Taper… Ce mot est dans toutes les conversations de salon actuellement aux Etats Unis et aussi en France dans les milieux bien informés. De quoi s’agit-il?
Il s’agit tout simplement du ralentissement progressif des achats de bons du Trésor par la Réserve Fédérale américaine. Pour ceux qui le ne savent pas, cela fait de nombreux mois que l’institution dirigée encore pendant quelques mois par Ben Bernanke achète pour environ 85 milliards de dollars par mois de bons du trésor…
Une mesure qui vise à soutenir l’économie mais qui suscite beaucoup de critiques, soupçonnée notamment d’être inflationniste et de créer des bulles artificielles, notamment dans les fameuses BRICS (Brésil Russie Inde Chine et Afrique du Sud).

D’ailleurs, depuis l’annonce que cette phase de rachat d’actifs pourrait baisser à 70 milliards de dollars, les pays émergents souffrent avec notamment des mouvements baissiers sur les actions et un rapatriement des capitaux Outre-Atlantique.
Le monde occidental, si vous me permettez cette expression, n’est pas épargné avec une remontée des taux longs de part et d’autre de l’Atlantique, 2,90% pour le dix ans américain et 2% pour le dix ans allemand…
Certes, il n’y a pas encore de risque d’effondrement des marchés du crédit mais il ne faudrait pas que les tensions sur les taux perdurent… Mais revenons à l’attitude de la Fed. Elle n’a en fait pas tellement le choix. Sa politique de rachat d’actifs n’a de sens que si les conditions du marché du travail ne s’améliorent pas…
Or, il y a un mieux avec un taux de chômage retombé à 7,3% aux Etats Unis en août. Certes, on peut gloser à l’infini sur la définition de cette statistique et sur son calcul mais on ne peut nier que la situation économique Outre-Atlantique s’améliore. Les indices ISM, que ce soit dans l’industrie ou dans les services, sont nettement au-dessus des 50, niveau qui sépare le bon grain de l’ivraie ou l’expansion de la récession.

La Fed a souvent dit par le passé qu’elle arrêterait ses achats d’actifs avec un taux de chômage à 7% et qu’elle remonterait ses taux avec un chômage à 6,5%… D’où ma conviction que le mouvement de réduction des achats apparaît inéluctable, peut-être même dès la prochaine réunion de la Fed des 17 et 18 septembre. Reste à essayer d’anticiper l’évolution des actions.
Pour l’instant une douce euphorie baigne sur les marchés. Elle le restera si le message américain est clair avec une réduction progressive des achats. Elle sera violente à la baisse si les 70 milliards d’actifs annoncés se transforment en 50 voire en 40. Mais franchement je n’y crois pas…
Ben Bernanke va quitter ses fonctions et ne voudra pas rester dans l’histoire comme l’homme qui a déstabilisé la finance mondiale à quelques semaines de son départ.

 

Jacques Rubin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :