Angela Merkel : prochain Prix Nobel de la Paix !

 

Rarement une telle distinction n’aura été aussi méritée. C’est le cœur meurtri et avec une raison vacillante que j’écris ces quelques lignes.
Mais l’espoir, mais l’espoir quand même en l’humanité !
Tout a été dit, à défaut d’être fait, sur cet épouvantable drame humain. Je n’ajouterai donc rien, par pudeur et par décence sur cette indicible catastrophe de ce début du siècle.

Les mots frappent fort et cruellement. Ils tuent. Et pourtant, parfois, ils sauvent aussi. Parfois l’émotion n’alimente pas que les instincts les plus grégaires, les plus xénophobes. Avant que ne se retire la vague de solidarité à laquelle nous assistons et avant qu’Emmanuel Todd – nouvel histrion et désormais apprenti sociologue – que l’on a connu autrefois plus inspiré, ne vienne nous abreuver de pseudo-théories, je voudrais réfléchir avec vous sur les leçons et les opportunités de cette crise des réfugiés.

Nous sommes tous redevables, collectivement et individuellement à Angéla Merkel. Je suis fier de lui dire « Yes in my name » !
En effet au trébuchet des grandes catastrophes mondiales du siècle précédent ; Shoah, grande famine en Chine et folie meurtrière de Mao ayant sciemment provoqué des morts par millions , (on parle de 36 millions de morts) Biafra, Cambodge, Rwanda , grâce principalement à Madame Merkel le monde a réagi plus vite, plus fort et plus efficacement. Même si l’on eut pu certes faire mieux !

Quelques esprits chagrins, modernes Trissotins, se sont complu à relever que cette réaction relevait de l’émotionnel, du choc des photos et non du poids des maux et de la force des mots.
Soit et alors !

Lorsque chaque jour nous apporte son contingent de morts noyés dans la mer de l’indifférence humaine, échoués sur le cimetière d’une plage déserte, la seule chose qui m’importe est leur survie !
Parfois et fort heureusement l’émotion et les tripes l’emportent.

Le mal est souvent, trop souvent – hélas ou heureusement proche de nous. Mais c’est précisément sa proximité qui nous amène à réagir.
Au fond peu importe. Ce qui importe, la seule chose qui importe c’est refuser de se laisser ensevelir dans le tombeau opaque et glacé de l’indifférence.
Le mal et la barbarie sont en nous certes. Mais l’on sait avec le théorème de Jean-François Bizot que le mal est interchangeable, que le bien peut combattre avec succès le mal. La force d’un regard !

Camus, l’indépassable Camus, écrivit dans les Justes: « La liberté est un bagne aussi longtemps qu’un seul homme est asservi sur la terre. J’étais libre et je ne cessais de penser à la Russie et à ses esclaves… Mais j’ai une idée juste de ce qu’est la honte. »
Le lecteur remplacera bien entendu Russie par Syrie et esclaves par martyrs.

Angela Merkel a su se montrer digne de l’Histoire. Il reste à l’Histoire à se montrer digne d’elle !

S’il n’est pas nécessaire – hélas – de s’interroger pourquoi -nonobstant Angela Merkel – l’Allemagne est désormais à la pointe de ce combat humanitaire, elle avait auparavant montré sa générosité envers ses frères les « Ossies » ressortissants de l’ex RDA, l’on peut par contre s’interroger pourquoi la Chancelière de droite a réagi si juste si vrai et si vite.
La réponse tient en un mot : sa jeunesse et sa formation protestante comme si ses années d’enfance passées sous la dictature communiste et la chape de plomb de la Stasi l’avaient marquée au fer rouge.
Quant à l’Allemagne pourquoi ? L’Allemagne : une raison historique évidente !
Les amateurs de géopolitique se rappelleront utilement que la géographie estampe toujours ses lois au marbre d’airain.
Parce que la nation allemande n’avait pas de vrais remparts, elle a toujours vacillé entre un bellicisme outrancier et un pacifisme échevelé.
Thucydide disait que les trois forces qui gouvernent un peuple sont le Phobos, le Kerdos et la Doxa. La peur, l’intérêt et l’opinion.
Parce que à force d’éducation civique ou morale, la démocratie Habermassienne a durablement vivifié la nation allemande, le Phobos a été quasiment éradiqué et des mentalités individuelles et de la politique allemande.
Soyons également surs que Merkel saura aussi trouver du Kerdos dans cet accueil généreux. Quant aux manifestations de la Doxa, les images d’allemands en liesse et heureux d’accueillir et d’aider ces réfugiés est suffisamment éloquente pour ne pas s’inquiéter. Certes il n’est pas sûr que ces images soient pérennes. Mais Merkel saura tenir le gouvernail sans être troublée le moins du monde.

Angela Merkel est une chancelière hors-pair ! Et pas ou plus seulement au plan économique. Das Mädchen est une chancelière hors-pair car elle sait surprendre et bousculer, même très fermement, son propre camp. Elle l’avait déjà montré à Obama dont les oreilles sifflent encore dans l’affaire des écoutes téléphoniques ; elle n’a point hésité à imposer ses vues dans l’affaire grecque à Schauble héros des sondages et enfant chéri des contribuables allemands.
Là où cela devient encore plus significatif c’est sa conduite impeccable contre les abrutis de Pagida.
Dans ce drame humain, Angela Merkel a été digne, parfaite, efficace et intelligente. Certes elle n’est pas la seule ; mais elle a été la première et surtout la plus courageuse. Elle habite et habille la vêture d’un véritable Homme d’État !
Suffisamment en avance sur son peuple pour ne pas suivre pleutrement ses pulsions grégaires et instincts xénophobes. Mais suffisamment déterminée et proche pour avoir tantôt subrepticement, tantôt véhémentement eu le courage d’éduquer son peuple.
Son rôle pédagogique a été à l’égal de son courage. Et elle n’a ni tremblé ni reculé dans cette tâche titanesque alors que Chancelière Fédérale elle est loin d’être aussi puissante- tant s’en faut- que le Président de la République Française ou le premier ministre britannique. En témoigne sa remarque à Nicolas Sarkozy qui se plaignait (une fois n’est pas coutume) de sa lenteur : « Aber Nicolas ich bin nicht so mächtig wie du » (Mais Nicolas je ne suis pas aussi puissante que toi)

Pour cela aussi Madame Merkel : Deshalb sage ich Dankeschön mit der Freude für alle Einsätze, die dazu geleistet. C’est pourquoi je vous dis avec plaisir merci pour tous les efforts qui ont été faits pour tout cela.

La si « Karlsruhiste » Allemagne sait – mais toujours à bon escient – sortir de sa sacro-sainte légalité.
En témoigne sa volonté de dénoncer le protocole de Dublin de 1990. Lorsqu’Angela dit :                « Toutes les décisions d’expulsion du territoire concernant les demandeurs d’asile syriens seront révoqués… » Bravo !
« Il faut le dire clairement : il n’y a aucune tolérance vis-à-vis de ceux qui remettent en question la dignité d’autrui. » Elle se hisse en humanité ! Bravo !
« L’Europe n’est jamais autant l’Europe que lorsqu’elle est généreuse et accueillante. » Bravo ! Bravo car elle se montre la parfaite héritière des Pères Fondateurs de l’Europe.
«L’Europe est dans une situation qui n’est pas digne de l’Europe, il faut tout simplement le dire. »

« If Europe fails on the question of refugees, it’s close connexion with universal civil rights will be destroyed » J’ai envie de lui dire Frau Bundeskanzlerin : Wunderbach !
Enfin une visionnaire !

Elle n’hésite pas non plus à brusquer une frange conséquente de son électorat lorsqu’elle stigmatise ceux qui critiquent l’accueil des migrants. «… Tout aussi honteux que même des familles avec enfants les soutiennent… »
Le professeur Hajo Funcke a fort justement décrit la Chancelière : « Sans le dire clairement, elle a inscrit son action dans la ligne impulsée par les gouvernements rouge – vert (SPD et Die Grünen), équivalents respectifs du PS et de EELV et de Schroeder qui ont rénové le droit de la nationalité et mis l’accent sur l’intégration des étrangers »

Madame Merkel aura permis une refondation de l’Europe en créant un nouveau droit européen en transformant la crise. Elle a besoin de notre soutien. Elle le mérite. Accordons le lui sans restriction !
Les héritiers de l’éthique à Nicomaque ne sont pas que des héritiers désormais. Ils sont au sens américain du terme la « Nouvelle Jérusalem », « la lumière sur la colline. » Emma Lazarus écrirait aujourd’hui son célèbre poème devant le Reichstag.
Il est vrai que l’on n’a pas beaucoup vu Obama en cette affaire.
Grâce à vous Madame Merkel, nous Européens, ne revivrons la honte de la conférence d’Évian en 1938 et les damnés de la terre seront peut-être un peu moins nombreux.

Dans un superbe article publié la semaine dernière dans The Observer, Jonathan Sacks l’ancien Grand- Rabbin du Royaume-Uni, d’Irlande et du Commonwealth citait John Donne, poète anglais du XVIe siècle. « Any man’s death diminishes me because I am involved in mankind…Therefore never send to know for whom the bell tolls; it tolls for thee.”
John Donne ne faisait d’ailleurs que reprendre le verset de la Bible “ Tu aimeras l’étranger comme toi-même, car tu as été étranger en terre d’Egypte » Lévitique XIX. 34

J’entends de-ci delà des gens qui voudraient réduire son combat tantôt à un irénisme angélique tantôt à une dangereuse naïveté ou bien encore à un cynique calcul. Peu importe ! Madame Merkel, vous étiez là au bon moment, à la bonne place et avec les bons réflexes et au bon combat !
Outre le fait qu’il s’agit au mieux de critiques imbéciles venant d’esprits que la raison aurait déserté, au pire de dangereux barbares engoncés dans une xénophobie imbécile et peureuse (imbécile car peureuse ou peureuse car imbécile).

Pour cela je vous dis merci !

Il n’aura échappé à personne que non seulement l’Europe prend un nouveau départ. Que les esprits embués et embrumés veuillent bien considérer et l’ampleur du geste et le pôle d’attraction que nous Européens avons la chance de représenter.
L’on aura beau se gausser des dissensions et dissensus européens, l’on se rappellera la violence des affrontements entre les agriculteurs français et le reste de la population.
L’on se rappellera aussi le peu d’enthousiasme suscité par la taxe de péréquation des communes en France ou tout simplement de la rapidité avec laquelle nombre de communes françaises accueillent l’obligation de construire des logements sociaux dans leur commune.

À cette aune les mésintelligences européennes n’ont rien que de très naturel.

L’Europe, et c’est sa chance, a fonctionné grâce au moteur franco-allemand. L’objet de ces lignes n’est pas d’établir qui est le pilote, qui est le copilote. Il y avait jusqu’à présent un partage de leadership.
L’Allemagne pratiquait parfois un « reluctant leadership ». Mais une des leçons de cette crise est de révéler que pour la première fois, en tout cas aussi nettement, l’Allemagne vient estamper durablement son rôle de leader dans un domaine qui relève de la vraie politique.
« L’objet principal de la politique est de créer l’amitié entre les membres de la cité. » Aristote

Et la France me direz-vous. Disons-le clairement et tristement. J’ai mal à ma France, fière et bienheureuse patrie des Droits de l’Homme, patrie du Siècle des Lumières, patrie ou a éclos le superbe texte de Condorcet sur le salut du genre humain. J’ai mal à ma France, ce si beau pays qui seul pouvait susciter le génie de Victor Hugo.
J’ai mal à ma France de ne s’être ralliée que tardivement à l’Allemagne marquée au sceau du romantisme et au sceau infamant et morbide de son avatar si proche : la barbarie nazie.

Madame Merkel, lorsque vous recevrez le prix Nobel de la Paix, vous, la réfugiée de la RDA, pourrez être fière de vous ! En grâce, j’aimerais que vous soyez aussi fière de nous. Vous penserez aussi que les descendants – dont je suis – de 6 millions d’êtres humains regretteront amèrement que vous ne fussiez alors Chancelière.

Leo Keller
08/09/2015

Publicités

Comments

  1. Eheu, eheu…
    Nous vous avons connu plus inspiré et plus coruscant…
    Pris Nobel de la Paix, après Obama, chef de la plus grande Armée du monde, pourquoi pas ?
    Mais ce ne serait pas mérité pour le moment…
    Quitte à céder à l’émotivité, que cela fut fait au début de l’année ! Cela eut épargné des centaines (voire des milliers) de vies !
    Il est vrai que la concurrence était rude en ces temps-là, mais le travail exceptionnel de faiseurs de paix que furent les signataires des accords de Matignon (Tchibaou, Lafleur et Rocard) n’a jamais été reconnu à sa juste valeur, l’académie des Nobel aurait pu se rattraper en 1998 ou 2008, las ! Il reste peut-être 2018 ?
    Si vous voulez accueillir tous les réfugiés qui vont venir d’Afrique et d’Asie, rassurez-vous, d’ici quinze ans, il va en venir des centaines de millions 😉 !
    La morale c’est très bien, il est tout-de-même curieux que des esprits intelligents soient totalement incapables de compter ?
    L’explosion démographique a toujours lieu en ce moment même (et c’est quelque chose qui s’anticipe très bien), que ne travaillons-nous pas à assurer le futur, au lieu d’attendre les catastrophes, et de réagir au dernier moment dans l’émotivité et l’urgence, donc très mal !?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :