NKM : un OPNI ou le courage dans la politique.

nkm

J’ai pour ligne directrice dans ce blog, de réfléchir avec vous sur les grands débats de politique étrangère qui scandent notre avenir. Privilégier la réflexion, et donc la raison, en quête des fondements parfois cachés.

Je vais faire ici une exception. J’ai eu le grand plaisir d’assister cette semaine à la conférence donnée de façon magistrale par NKM aux « amis du CRIF ».
J’ai eu un vrai coup de cœur, et, je ne vois aucune raison pour le cacher.

Cette femme – et elle l’est probablement plus – avant d’être une femme politique, est en tout point remarquable. Ce fait est suffisamment rare pour ne pas être pointé.
Et cela signifie qu’elle a un socle puissant d’authentiques valeurs et une profonde richesse intérieure.
Elle n’est sûrement pas prête à tout sacrifier pour quelques hochets ou colifichets. Son parcours en témoigne. Dans son radar qui analyse la société française : une indubitable vision.
Peu de politique ont compris les enjeux de l’ubérisation de la société. Et s’ils l’ont perçue ils se gardent bien d’en parler !
Dame nature a en outre doté NKM d’une mécanique intellectuelle incontestable et impeccable. Normal me direz-vous pour une polytechnicienne. Oui mais !
Oui mais, son discours éploye avec bonheur une générosité indéniable.
Européenne convaincue et sensible à la tragédie des migrants (non pas au drame, la différence est de taille), elle est tout sauf irénique.

C’est de surcroît une femme libre grâce à son éducation et répétons-le son intelligence. Un sens de l’humour certain et un esprit de répartie fulgurant en font une merveilleuse oratrice. Oui mais !
Oui mais, et c’est peut-être ce qui m’a (n’ayons pas peur de le dire) le plus séduit chez Nathalie Kosciusko-Morizet, c’est l’absence totale de vulgarité chez elle !
Aucune trace de démagogie et du populisme qui – peu à peu, lentement et sûrement, dramatiquement et implacablement – polluent et gangrènent la vie politique actuelle.

Son discours, à rebours bien souvent, des idées portées et importées de son propre camp, est libre, spontané et rafraîchissant, Oh combien rafraîchissant !

J’ai gardé intacte la nostalgie de mes humanités et NKM illustre à la perfection ce que j’avais appris (péniblement) au lycée. Il ne faut pas « Et propter vitam, vivendi perdere causas. »

Merci infiniment, Madame.

Reste, Nathalie Nathalie Kosciusko-Morizet deux choses : Que ferez-vous, comme le proclamait avec une triste préscience Saint-Just quand « notre liberté aura frappé comme un coup de tonnerre. »
Et surtout, comment, quand et avec qui ferez-vous triompher vos idées. Le mot qui me semble le plus problématique est bien entendu –et vous le savez mieux que quiconque- est avec qui.

Un dernier mot vous êtes l’exemple même de ce qu’Aristote écrivait dans l’Ethique à Nicomaque: « L’objet de la politique est de créer l’amitié parmi les membres de la cité. »

Merci, Madame, de nous rappeler que la politique peut être belle, noble, enrichissante.
Merci, Madame, de me conforter dans l’idée que je porte les rebelles plus haut que les politiques.
Merci, Madame, de m’avoir rappelé grâce à vos propos ce qu’écrivait en 1963 Kennedy– pourtant à deux kappi près, mais de taille- piètre président à la réputation surfaite et sur jouée, dans le Courage dans la Politique.

Last but not least merci, Madame, d’avoir eu le courage de clamer haut et fort et urbi et orbi votre éclatant refus du ni-ni, quand tant d’autres, ignorants des leçons pourtant répétées de l’histoire, ont cru bon de jouer avec des idées nauséabondes.
Merci, Madame, de vous être levée et d’avoir incarné l’honneur de la France.

En guise de conclusion permettez-moi de vous dédier cette superbe pensée de l’immense et indépassable Albert Camus : « Ce qui compte, c’est que nos amis soient heureux et émus de ce que nous écrivons. »

Merci madame et bon courage dans votre combat qui sera parsemé – à souhait – d’embûches, chausse-trappes et médiocrités.
Pour autant je ne désespère pas de voir à la tête du char de l’Etat : une Angela Merkel française !

Leo Keller
Neuilly le 15/09/2016

Publicités

Comments

  1. jacqueline MEYER says:

    Mon Cher léo,
    Tu te laisse aveuglé par sa classe sociale. Elle est certes intelligente et belle, mais je
    n’apprécie pas qu’elle laisse tomber Sarkozy qui l’a faite connaître sur la scène politique.
    Elle est comme tous les politiques quelqu’un de convaincant mais je ne vois pas en elle
    un leader comme golda meir ou margaret thatcher.

  2. Je partage absolument

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :