Angela Merkel : bonne tacticienne mauvaise stratège ! Interview de Renaud Girard par Leo Keller

Angela Merkel : bonne tacticienne mauvaise stratège !
Interview de Renaud Girard par Leo Keller


Leo Keller Peut-on dire qu’ Angela Merkel est un symbole étant donné qu’en Allemagne il y avait les trois KKK c’est à dire Kinder, Küche, Kirche. Elle est la première femme qui arrive au faîte du pouvoir .
Renaud Girard .Oui en effet. Parce que KKK signifie la cuisine,église et les enfants . Donc oui dans la vie politique allemande, on peut dire qu’effectivement c’est une première et particulièrement significative.
LK Cela vous semble donc significatif dans l’évolution de la pensée allemande, symbole non isolé car outre Angela Merkel, il y eût AKK et Ursula von der Leyen désormais présidente de la Commission.
RG Soit. Si vous voulez, il faut saluer ce nouveau rôle des femmes en Allemagne mais c’est une bien maigre consolation au regard de la catastrophe allemande que constitue l’effondrement de la natalité.
LK Mais elle n’y est pour rien.
RG Le fait que les femmes existent en politique est une bien maigre consolation pour l’avenir de l’Allemagne. Parce que la cuisine, je ne sais pas, l’église peut être encore un peu- bien que Angela Merkel ait, publiquement, déploré que les enfants ne savaient même plus ce que représentait-voire ce qu’était la Pentecôte. Quant aux enfants, certainement pas, pour la raison obvie…qu’il n’y a plus d’enfants en Allemagne ! C’est le grand drame de l’Allemagne.
 Et c’est un drame qui n’a pas été adressé, comme disent les anglo-saxons. C’est un drame qui, certes, n’a pas été traité , du moins pas été suffisamment ni sérieusement par les précédents chanceliers, mais, voyons les choses en face, aussi par Angela Merkel. Je vous rappelle qu’elle est au pouvoir depuis 16 ans.
Alors oui c’est le grand problème allemand, car il risque de ne plus y avoir d’allemands du tout ; et ça c’est parce qu’il y a eu après-guerre, la honte de penser à faire des politiques natalistes, au prétexte que les nazis faisaient des politiques natalistes.
LK Vous pensez donc qu’elle porte une vraie responsabilité ?
RG Absolument. Elle n’a rien fait sur ce problème. Elle n’a rien fait, elle a laissé le trend filer son cours. Les politiques natalistes auraient dû exister bien avant mais elle n’a pas fait une politique nataliste suffisamment forte et visible.
Alors qu’aurait- t-elle pu faire par exemple ; mais cela n’a pas été fait dans d’autres pays non plus. Elle aurait pu décider par exemple qu’au troisième enfant le foyer ne paye plus d’impôt sur le revenu.
Elle ne l’a donc pas fait. Mais, bien entendu, vous avez raison de dire que c’est la première femme qui est au pouvoir et qui d’ailleurs a installé une autre femme au pouvoir et qui a sept enfants. Ursula von der Leyen est  le contre-exemple de la réalité allemande que les femmes allemandes ne font pas d’enfants.

LK Est-ce la preuve d’une intégration réussie ou de l’absorption de l’Allemagne de l’Est par l’Allemagne de l’Ouest ?
RG Oui alors il est tout à fait certain que la Chancelière soit originaire  de l’Allemagne de l’Est, où elle exerçait d’ailleurs des fonctions éminentes dans la recherche scientifique et dans l’enseignement. Elle n’était peut-être pas membre du Parti communiste mais, cependant elle n’était pas contre, et d’ailleurs son père, le pasteur, avait choisi l’Allemagne de l’Est. Donc c’est effectivement, une des preuves les plus éminentes que cette intégration s’est bien faite. Alors, il y a eu certes, effectivement des disparités, quelques menus problèmes etc, mais aujourd’hui on peut dire que l’Allemagne de l’Est est parfaitement intégrée dans le nouvel ensemble allemand avec encore des problèmes mais qui sont légers par rapport à ce que connaissent d’autres pays européens et le fait qu’une dirigeante allemande soit restée plus de quinze ans au pouvoir, en venant de l’Est, prouve la réalité de cette intégration.
LK  J’avais écrit plusieurs articles sur la Corée ou je disais  que Séoul n’est pas à Bonn et Pyongyang n’est pas à Pankov.
RG (rires) Vous avez raison.
LK C’est quand même un symbole fort, et il est vrai que même si les choses ne sont pas comparables, que l’Allemagne a mieux réussi l’intégration des Ossies que la France vis-à-vis de ses rapatriés.
RG  Oui. L’Allemagne s’est, effectivement, montrée plus généreuse, et a fait preuve de davantage de sollicitude à l’égard des Ossies, mais ça n’est pas du tout le même contexte, les deux problématiques sont  absolument dissemblables.
Non erat ist est locus, ne rentrons pas dans la réalité du drame algérien mais l’on ne peut pas comparer les deux situations : une colonie française qui était l’Algérie face à des territoires qui ont été, tous deux, allemands et de tout temps.

LK Alors comment expliquez- vous une telle longévité puisqu’elle a quand même connu cinq présidents français ?
RG Je pense qu’elle inspire confiance. Je pense aussi qu’elle est assez modeste dans son apparence ; elle est tout sauf royale si vous voulez. C’est tout le contraire d’une reine, c’est une femme qui fait responsable d’association chrétienne, elle ne fait pas reine, elle ne fait pas impératrice. Elle n’est pas Catherine II ! Elle a un maintien, une vie très simple dont pourraient s’inspirer d’ailleurs les présidents français ! Quand elle circule à Berlin, il n’y a pas trente-six motards ou  voitures de protection. Elle assez simple et c’est très apprécié en Allemagne. Les gens l’ont sentie proche du peuple et je crois sincèrement que cela n’est pas affecté. Elle se sent bien avec le peuple, le peuple n’est pas son problème contrairement à d’autres présidents français qui ont eu ce problème et les gens lui ont fait confiance et par ailleurs c’est une excellente tacticienne politique ; je ne pense pas qu’elle soit un grand stratège
LK rires. Je le sentais venir…
GI Si vous voulez d’ailleurs un titre pour résumer la pensée de Renaud Girard, je vous le dis tout net : Angela Merkel bonne tacticienne mauvaise stratège !
LK Et bien je m’empare de votre titre.
RG Je vous le dis et vous pouvez même me demander pourquoi.
LK  Et bien justement, je vais vous demander pourquoi. Mais pensez -vous au national ou à l’international ?
RG Et bien alors sur les deux questions.
LK  Mais permettez-moi tout d’abord une incise. Bruno Le Maire  qui parle parfaitement l’allemand et connait parfaitement Angela Merkel m’avait dit lors d’une conférence que la Chancelière avait rétorqué  à Nicolas Sarkozy qui la poussait manifestement dans ses retranchements : « Aber Nicolas, ich bin nicht so mächtig wie du ! » Ce qui veut dire : Mais Nicolas je ne suis pas aussi puissante que toi.
RG Eh bien c’est tout à fait vrai. Le Chancelier doit sans arrêt composer avec son cabinet, parce que la Chancelière n’est simplement que le premier des ministres, elle n’est pas le roi comme en France et d’autre part le gouvernement ne peut pas se permettre d’ignorer une seule journée le Parlement, alors que le pouvoir exécutif français se moque bien de ce que peut penser le Parlement.
LK Oui. Mais c’est parce qu’il y avait il y avait le phénomène de la salle Colbert.
RG Non mais sans arrêt si vous voulez, les allers-retours sont permanents.
LK Alors je vais rebondir sur votre phrase très Sciences- Po pour alléger…
RG Le régime allemand est un vrai régime parlementaire. C’est le Parlement qui a le pouvoir avec des programmes qui font 270 pages, pour constituer un gouvernement en Allemagne il faut trois mois parce qu’il faut se mettre d’accord sur absolument tout ensuite le Chancelier est chargé d’appliquer ce livre.
LK Cumulé avec le fait que les présidents de Länder ont un vrai pouvoir…
Girard les présidents des Länder ont énormément de pouvoir, vu que c’est un gouvernement fédéral. Toute l’éducation est aux mains des Länder.
LK Alors en quoi est-elle donc une mauvaise stratège ?
RG D’abord ce que je constate, c’est que l’Allemagne se porte économiquement fort bien mais que la Chancelière n’est pas l’architecte de cette santé économique resplendissante. Ce n’est pas elle qui a fait les réformes, c’est Schröder qui a initié et porté ces réformes ; il a d’ailleurs été battu précisément pour ses réformes.
Mais il a consenti  ce sacrifice pour l’Allemagne, Angela Merkel a  simplement continué les réformes Hartz de Schröder, grâce à qui l’Allemagne a réussi un retour remarquable à l’équilibre des dépenses publiques. Il y a quand même une énorme différence avec la France, mais gardons-nous d’oublier que tout a été mis sur les rails par Schröder, chancelier SPD. Et donc, effectivement, en bonne tacticienne, Angela Merkel a considéré- à juste titre- que cela fonctionnait correctement et que c’était un grand service rendu par les socialistes. Fort sagement, elle n’a pas arrêté le train, mis sur les rails et lancé par Schröder.  Ce train a donc été extrêmement bénéfique pour l’Allemagne.

Alors le manque de stratégie. Elle incarne, reconnaissons-le, la stabilité tranquille pour l’Allemagne, on continue les réformes Hartz et surtout on ne change pas grand-chose. Donc on ne fait rien sur la question de la natalité. C’est une stabilité de bon aloi, avec quelqu’un au pouvoir qui n’a pas pété les plombs, qui n’est pas mégalomaniaque, qui s’est complètement coulée dans le moule de la politique parlementaire allemande.

Alors les grands loupés stratégiques ! Le premier loupé c’est sur le nucléaire. Et il est de taille. Donc en fait, comme elle fait souvent d’ailleurs, Angela Merkel son problème c’est qu’elle fait jouer l’émotion et l’émotion médiatique avant la réflexion.
LK C’est terrible ce que vous dites.
RG Même la  réflexion en commun qu’exige en fait aujourd’hui le modèle allemand puisqu’il d’après-guerre a été juste construit sur l’antonyme du FührerPrinzip où toute décision doit être collective, collégiale, et approuvée, c’est juste tout le contraire du FührerPrinzip. C’est le contraire de la centralisation du troisième Reich.
Donc là sur le nucléaire, l’émotion de Fukushima mais Fukushima est au Japon qui est un pays un peu lointain de l’Allemagne et qui est connu depuis très longtemps pour ses failles sismiques et ses tremblements de terre et ses tsunami qui- je vous le signale au cas où vous l’auriez oublié- sont assez rares voire inexistants en Allemagne et ce depuis la nuit des temps.
Et elle a appliqué si vous voulez pour des raisons d’émotion médiatique et de politique politicienne, pour gagner une région que sinon les Verts allaient emporter.Donc pour des raisons de politique politicienne elle a pris une décision stratégique qui est une énorme erreur . Et aujourd’hui les Allemands ont du renoncer à cette énergie propre qu’est le nucléaire et qui est d’ailleurs la seule énergie propre et ils polluent à mort avec leurs centrales à charbon. Centrales à charbon qui émettent par ailleurs sous formes de particules fines de la pollution pas seulement en Allemagne où elles tuent environ 2000 personnes par an mais aussi en France.

Il y a eu aussi une deuxième erreur stratégique qui à nouveau est due à l’émotion. Et à nouveau, elle a fait passer l’émotion personnelle et médiatique qui sont provoquées par les médias avant toute réflexion. Son erreur : ne pas se donner le temps de la réflexion et de la réflexion commune. Sa deuxième erreur, c’est donc les migrants. Il y a cette photo où en fait on sait bien aujourd’hui puisqu’on a vu d’autres photos où les policiers turcs amènent une photographe sur une plage ou s’est noyé un petit garçon de trois ans. La noyade est tout à fait avérée, parce que ses parents qui étaient en fait des trafiquants d’êtres humains et qui avaient fait d’autres voyages, avaient omis de mettre un gilet de sauvetage à leur fils. Il y a donc eu un drame humain c’est évident, mais qui a été exploité par la police du gouvernement turc et par le gouvernement turc. Dans les autres photos qui ont été publiées il y a des formes des uniformes de policiers derrière et on sait que la journaliste a été amenée là par les policiers. Et donc en réaction et en réaction tout à fait normale, toute personne normalement constituée est en effet émue par la noyade d’un petit enfant de trois ans. La famille était d’ailleurs installée en Turquie depuis deux ans mais ses parents avaient sans doute décidé de s’installer en Europe après deux ans de résidence en Turquie où les parents avait déjà participé au trafic d’êtres humains. Et face à cette situation au lieu de se réunir et prendre des mesures pour que les noyades cessent en Méditerranée, ce qui est tout à fait normal, au lieu de se concerter avec ses ministres, avec des anthropologues allemands, des sociologues, avec ses députés et aussi avec les Européens, et notamment, les pays européens qui sont les plus proches, telle la Grèce riveraine de la Méditerranée, donc  au lieu d’agir de la sorte, elle a pris tout de suite une décision en disant qu’il y avait 800000 places de réfugiés en Allemagne. Les gens ont compris depuis assez longtemps ce qu’est une place de réfugié en Allemagne c’est à dire que l’on a droit à un logement gratuit, à une éducation gratuite, etc.
LK Oui mais on les oblige à parler allemand…
RG Voilà. Oui on les oblige.  Enfin on ne les oblige pas au knout. On ne les oblige pas au knout quand même. Si vous voulez le réfugié qui ne va pas à sa leçon d’allemand n’est pas expulsé n’est-ce pas. Donc obliger n’est pas le terme adéquat. Invite me semble plutôt la bonne expression. On leur offre donc des cours d’allemand gratuits et, subséquemment, ils ont des conditions de vie sans commune mesure avec celles de leur pays d’origine.
C’est d’ailleurs pour ça que tous ces musulmans qui fuient la Syrie auraient très bien pu s’arrêter en Turquie ou les sunnites qui fuient la Syrie retrouvent d’autres sunnites que sont les Turcs qu’ils connaissent bien puisque la Syrie a fait partie autrefois de l’Empire Ottoman.
La Turquie est un pays en paix, ils auraient pu rester là-bas mais ils ont choisi l’Europe, car évidemment la situation sociale, l’assistance sociale y sont extrêmement généreuses en Europe. Ils veulent, évidemment, en profiter. Et cette mesure, cette annonce des 800000 places, en fait il faut bien le voir, a mobilisé, a levé des dizaines de millions de miséreux à travers le monde, y compris des miséreux qu’on voit d’ailleurs beaucoup en Allemagne et en France de pays qui sont en paix comme le Bangladesh ou le Pakistan ou La Côte d’Ivoire, tous ces gens qui veulent venir en Europe pour bénéficier du système social. Mais elle a agi sans consensus, alors que c’est une décision extrêmement importante. On peut rêver comme le font beaucoup de de gens en France, comme le journal Libération, de sociétés multiculturelles. Personnellement, je pense que le multiculturalisme, ça ne marche pas bien, mais Angela Merkel, elle aussi, avait dit auparavant que le multiculturalisme ne marchait pas. Et là tout d’un coup puisque en fait, elle obéit aux médias plutôt que de penser par elle-même, elle obéit aux médias et à la pression médiatique. Elle provoque, en fait c’est beaucoup plus que 800000 migrants qui sont venus en Allemagne, je crois que c’est 1200000, donc elle provoque une immigration de masse principalement musulmane en Allemagne. Mais je n’ai jamais vu que l’immigration turque en Allemagne ait été une telle réussite ; je pense effectivement à tous les crimes d’honneur, crimes d’honneur entre guillemets bien entendu et donc là nous avons une grosse communauté du Moyen-Orient, certes il y a des exemples d’intégration très réussie…
LK …les laboratoires BioNtech
RG …qui sont d’ailleurs abondamment publiés dans toute la presse etc. Mais que l’on se donne la peine de lire les rapports allemands, la proportion des gens qui ont vraiment appris l’allemand et qui se sont intégrés est quand même relativement faible, en tout cas très en dessous d’un tiers.
Maintenant, il faut voir l’avenir et je pense que le pari de Merkel ne réussira pas mais qui sait. Qui sait ? peut-être. Je dis qui sait ? Mais en tout cas quand vous prenez une décision aussi importante, alors que  vous aviez dit que vous étiez contre le multiculturalisme et qu’en réalité finalement vous faites une Allemagne  multiculturelle, la moindre des choses puisque que vous dites respecter la démocratie et qu’il s’agit là d’une décision très importante qui engage l’avenir d’une nation et bien, la moindre des choses, c’est de consulter cette nation, c’est de consulter son Parlement et si le Parlement dit et bien oui c’est comme cela que nous voulons vivre, d’accord très bien. Et après on expliquera aux allemands pourquoi s’il y a un attentat comme le Bataclan en Allemagne, il y a d’ailleurs eu des réfugiés yézidis qui ont croisé dans les rues allemandes leurs anciens tortionnaires de l’Etat Islamique. Parce qu’évidemment parmi ces réfugiés, il y a des centaines et des centaines de militants de l’Etat Islamique.
Donc si un jour, les Allemands ont un problème, et bien ils comprendront qu’ils ont pris une décision historique approuvée par le Parlement et par le peuple, qui a peut-être mal tourné mais que c’est le cas. Mais vous ne pouvez pas faire un geste stratégique aussi important, aussi crucial, aussi stratégique pour l’avenir de l’Allemagne sans consulter vos ministres, vos parlementaires et vos anthropologues sinon vous n’êtes pas une démocrate sérieuse.
Je pense que c’est une démocrate sincère, qu’elle a été sincère dans son geste, mais je ne pense pas qu’elle se soit comportée comme une démocrate sérieuse.
LK Renaud, là vous avez évoqué le fameux épisode : « Wir Schaffen das. »
RG Oui en 2015, oui tout à fait.

LK Renaud permettez-moi d’aborder d’autres rivages. Ma première incise concerne la géopolitique. Vous devez sûrement connaître Pierre Lelouch, remarquable géopoliticien.
RG Oui, Pierre Lelouch est un ami.
LK Pierre Lelouch a écrit un livre il y a trente-cinq ans qui s’appelle je crois ; Le bel avenir de la guerre et dans lequel il explique que si les Allemands étaient aussi pacifistes, c’est à cause du nucléaire parce que les Alliés avaient voulu une Allemagne dénucléarisée. A l’origine, dit-il, il y avait très peu de pacifistes et d’écologistes en France, parce que nous étions une puissance nucléaire dont nous connaissions la syntaxe, les devoirs et les droits. Les Allemands eux ne connaissaient pas cela et c’est cet empêchement qui a fait qu’il y avait tellement de pacifistes et si peu d’attirance pour le nucléaire. C’est ce que Lelouch appelle le Théorème de Lelouch. La deuxième incise…
RG Ah non je ne crois pas ça du tout à cette explication. La vraie raison, c’est parce qu’après le passé allemand et après avoir provoqué deux guerres mondiales qui ont tué des dizaines de millions de personnes, dont beaucoup d’allemands, et toutes les deux perdues dans beaucoup de souffrances, les Allemands se sont dit une fois pour toutes, nous ne voulons plus du militarisme prussien. C’est clair, net précis, si vous voulez. Ils ont été vaccinés. Alors ils sont certes allés trop loin dans l’autre sens mais je pense que c’est ça qui a véritablement provoqué leur pacifisme.
LK Vous avez raison ; Richard von Weizsäcker, Président de l’Allemagne a prononcé un très beau discours d’une élévation exceptionnelle au Bundestag.
Un constitutionnaliste français Portalis qui avait rédigé une des deux premières Constitutions françaises avait posé le principe républicain : c’est le droit de chaque homme d’aller vivre où il se sent heureux.
Les migrants étant la deuxième  erreur stratégique, voyez-vous, Renaud une troisième erreur stratégique ?
RG Oui. Pour moi, c’est la manière dont elle a géré la crise européenne en 2008.  Elle panique mais elle a la sagesse de suivre Sarkozy et c’est Sarkozy et Merkel- ensemble- mais sous la direction de Sarkozy, car elle ne comprend absolument rien au couple Sarkozy- Musca que les choses reviennent dans l’ordre, grâce effectivement à son intelligence qui a été de se mettre dans les roues de Sarkozy qui avait la confiance des Européens et ça c’est une bonne décision stratégique. Le fait qu’elle n’ait pas compris l’ampleur de la crise n’est pas une erreur. Quand on ne comprend pas quelque chose ou qu’on panique devant quelque chose, on peut se remettre à un conseiller ou à un ami comme Sarkozy et là elle a très bien fait de le faire.
La crise financière a donc été relativement bien gérée par l’Europe en 2008/2009 ensuite il y a eu la crise des dettes souveraines des états avec la problématique de la Grèce. Alors l’erreur stratégique a été… ce qu’elle aurait dû faire c’est que lorsque Papandréou est allé en Allemagne, au lieu de l’engueuler publiquement etc, elle aurait dû faire une seule chose : prendre Papandreou dans ses bras et dire aux journalistes : l ‘Allemagne soutiendra toujours la Grèce quoiqu’il arrive, quoiqu’il en coûte. Nous sommes des alliés, nous sommes des amis et peut-être que la Grèce a commis quelques petites fautes, quelques petites erreurs de gestion mais elle va corriger cela et nous les aiderons à les corriger ; nous sommes au côté de la Grèce, circulez il n’y a rien à voir et je réembrasse publiquement mon ami Papandréou. Et ensuite je fais entrer Papandréou dans mon bureau, en tête-à-tête, et là je l’engueule comme du poisson pourri pour vous et je lui dis vous commencez vraiment à m’emm… je vais vous renvoyer les Waffen SS, il faudrait en trouver, et nous allons les envoyer à Athènes si vous ne changez pas tout ce b… dans la gestion de votre pays. Mais pas en public d’accord !
Quand l’école brûle, ce n’est pas le moment pour l’institutrice de commencer une leçon d’instruction civique c’est exactement ce qu’elle a fait pendant la crise.
LK Oui c’est vrai.
RG Oui et donc après vous avez eu le problème avec le Portugal et l’Espagne et ça a été une crise catastrophique. On pouvait l’éviter mais il y a parfois des engueulades qu’il faut faire en privé en tête à tête et pas en public. Ca vous rappellera l’erreur de commandement de votre ami Macron qui a commis l’erreur d’engeuler en public le Chef d’Etat-Major Pierre de Villiers. Bien sûr qu’il a le droit d’engueuler un général
LK Oui mais enfin de Villiers l’avait provoqué .
RG Non il fallait le faire en tête à tête ; oui il avait dit que Macron n’avait pas tenu ses engagements budgétaires ,ce qui est sans doute quand même vrai, mais enfin peu importe, il avait le droit de le réprimander mais en privé. Lorsque j’étais lieutenant, je n’ai jamais réprimandé un officier en public.
Erreur stratégique car elle avait lors de la crise grecque le moyen de devenir le vrai leader incontesté de l’Europe mais cette tâche lui a peut-être semblé trop peu importante, et elle a refusé d’assumer ce leadership et finalement c’est Sarkozy puis Hollande qui ont sauvé la Grèce. Ils ont eu raison de sauver la Grèce. Comme pour la Covid.
LK Mais Renaud, si elle n’avait pas donné son accord, il n’y aurait pas eu de sauvetage de la Grèce.
RG On est bien d’accord. Mais elle a donné son accord tardif alors qu’il aurait fallu le donner tout de suite pour éviter que les marchés ne s’enflamment. Elle aurait dû être extrêmement ferme après avec Papandréou mais uniquement après et en privé. On va vous envoyer des enquêteurs qu’on aurait appelé conseillers. Mais en public vous avez face à vous les marchés qui peuvent paniquer, ça n’était pas nécessaire. On pouvait très calmement gérer la crise même si les Allemands ont raison de considérer que les Français ne sont pas des gens sérieux, incapables de tenir leurs engagements alors qu’ils ont signé Maastricht.

LK Renaud je vais me faire l’avocat du diable il y a quand même quelque chose en Allemagne qui relève du sacré ou du sacramentel c’est Karlsruhe. Elle avait aussi à lutter contre la Cour Suprême à l’époque…
RG Mais tout s’est joué quand elle a reçu Papandréou. C’est une affaire de psychologie, pour les marchés cela se joue aussi sur ce plan là. Elle n’a pas considéré ce que j’appelle les « ordres de grandeur » Quand vous faites de la stratégie, il faut toujours considérer les ordres de grandeur. Vous êtes l’Allemagne, mais elle est la Grèce. Vous devenez le leader naturel de l’Europe. Quand il n’y avait plus personne en France, il n’y a donc plus que vous les allemands. Les anglais, quant à eux se disputent sur le Brexit etc. Il ne reste donc plus que vous et à ce moment-là vous êtes la référence suprême. Et à ce moment-là un stratège considère, c’est ce que le Général de Gaulle aurait fait ; il eut considéré- lui-les ordres de grandeur.
Papandréou vient à Berlin. Quel est l’ordre de grandeur de la Grèce ? Le PIB de la Grèce est moins de 2% du PIB européen. On ne va pas faire un tel problème pour ce pays. On convoque le dirigeant grec, mais on ne dit rien en public, quitte à lui imposer des contraintes mais en privé ; mais on ne va pas donner aux marchés voraces ce qu’ils réclament, car ensuite ça a provoqué une crise énorme partout, en Espagne, en Italie, au Portugal ; et ça n’était vraiment pas nécessaire. Ca n’était pas nécessaire. Elle n’a pas été stratège ! Au risque de me répéter je vous le redis, elle n’a pas compris que lorsque l’école brûle, l’institutrice sort les enfants de la salle, même ceux qu’elle a puni et qui sont au coin.  Elle sort donc les enfants de l’école qui brûle, y compris le bonnet d’âne qui est dans le couloir. On est d’accord ?
LK On est d’accord.
RG Elle ne se met pas dans la cour de l’école qui brûle pour faire un cours d’instruction civique ou de morale.de la morale. Elle sort et elle appelle les pompiers et après, là oui, après elle reconvoque le bonnet d’âne ; donc elle n’a pas été stratège.
De même que les américains n’ont pas été stratèges, bien sûr que Lehman Brothers méritait cent fois d’être abandonné, mais il faut comprendre que Lehman Brothers était le principal émetteur de papier commercial au monde, il fallait voir les conséquences que ça allait avoir. Il fallait trouver d’autres moyens de punir les gens de Lehman Brothers, éventuellement leur infliger des amendes énormes personnelles, des choses comme cela mais pas l’abandonner.
LK Alors ne peut-on pas dire qu’au moment de l’affaire de la mutualisation, avec la covid, là elle a totalement compris.
RG Oui, là elle a totalement compris, elle a, effectivement, suivi et totalement accepté l’initiative française qui n’était pas la sienne. Elle a su à des moments importants, c’est vrai, alors vous pouvez dire que là, elle n’a pas commis d’erreurs stratégiques. Oui, là je suis d’accord, en suivant la France en 2008 et la France de Macron en 2020. Oui c’est exact. Maintenant, je maintiens aussi, attention, je ne dis pas que les Français sont mieux que les Allemands ou que les présidents français sont mieux que Merkel et je maintiens que Merkel a raison de considérer que les Français ne sont pas des gens sérieux et qu’ils ne tiennent pas leurs engagements.
LK Diriez-vous, pour reprendre la formule de Marchais que son bilan est globalement positif ou globalement négatif pour l’Europe ?
RG … Oh je dirais quand même qu’il est globalement positif parce que finalement la Grèce a été sauvée, et qu’il y a eu ce plan de mutualisation des dettes et que finalement l’Europe peut repartir d’un bon pied.
Bon il y a une petite erreur qu’elle a commise ; c’est de n’avoir pas soutenu la France sur l’affaire turque. C’est de la politique intérieure, elle a peur de ses immigrés turcs et la peur est la plus mauvaise conseillère. Erdogan doit être stoppé point barre.
LK Il y a quand même un point positif dans sa politique. Après le Traité de l’Élysée, le Bundestag avait émis un préambule qui avait rendu de Gaulle furieux en Conseil des Ministres et qui avait dit ; les Allemands se sont conduits comme des cochons ; car le préambule annulait le Traité de l’Élysée.  Or la phrase qu’elle a prononcée : il est temps pour l’Allemagne et pour les Européens de comprendre que nous ne pouvons plus compter sur les Etats-Unis…
RG Oui c’est une phrase importante.
LK Il faut du courage quand même.
RG Oui, il faut du courage vous avez raison ; elle rejoint trente-cinq ans la position du Général de Gaulle après, oui pourquoi pas. Elle avait raison, mais elle avait été tellement maltraitée par Trump qu’elle pouvait avoir du courage
LK Oui OK
RG  Elle ne l’a pas eu toute seule, elle ne l’a pas compris toute seule. Il a fallu que Trump la maltraite publiquement et incroyablement pour qu’elle le fasse. Mais voilà, je préfère la vision calme et réfléchie de de Gaulle qui calmement demande aux américains de quitter la France qu’effectivement une réaction mais elle a eu raison de mal réagir. Oui, oui. Elle a été surprise par le fait que Trump dise publiquement : oh bon finalement l’article 5, on ne le fait pas. Mais nous nous ne sommes pas surpris, nous français, puisque nous avons été abandonnés par les américains en 1920. Puisque Paul Reynaud a demandé l’aide des américains contre un régime qui s’appelait le régime nazi. D’accord ? Quand notre armée a voulu reprendre la Rhénanie, l’Angleterre nous a laissé tomber. mais l’Amérique nous a dit attention, il faut que vous appliquiez le plan Briand-Kellog qui était une sorte d’instrument  pacifiste de la fin des années 20.D’accord ?
LK Oui, un discours au mois de Novembre 1929 à la SDN.
RG Oui voilà ! Et c’est ce que les américains nous ont dit, mais on est en mars 36 Léo Keller.  Les américains financent le réarmement allemand. IBM travaille la main dans la main avec les nazis et nous sommes en mars 36, les lois de Nuremberg datent de 35, nous sommes en mars 36, les américains nous laissent tomber. Nous avons eu l’honneur de déclarer la guerre aux nazis, c’est un honneur qui n’est pas partagé par l’Amérique puisque comme chacun sait- sauf les américains bien sur- c’est l’Allemagne qui a déclaré la guerre à l’Amérique. Nous sommes bien d’accord ?
LK Tout à fait.
RG Dans le discours de Roosevelt de Pearl Harbor du 8 décembre 41 le mot Allemagne et les mots nazis et Hitler ne sont pas prononcés. LK C’est le fameux discours où il énonce les iles envahies par les japonais last night etc.
RG Il y a le mot god bless mais l’Allemagne n’existe pas. Hitler n’existe pas, il n’est pas dans le discours, ah il est passé où lui ,il est passé aux oubliettes !
LK les américains ont même maintenu en France l’amiral Leahy qui était proche de Pétain.
RG Exactement. Ils n’ont pas protesté puisqu’il y a eu deux rafles de juifs, car  il n’y a pas eu que la rafle du Vel d’hiv, il y a eu une grande rafle en 41 ; aucune protestation américaine. Donc nous nous savons, nous avons été abandonnés par les américains. On leur a demandé leur aide, OK, et ils nous ont dit donnez-nous votre or.  Et savez-vous combien ils nous ont vendu d’avion en tout ?  Neuf !
Alors après ils vont changer et ils vont accepter de vendre- à crédit d’ailleurs- des armes à l’Angleterre mais il faut attendre l’automne 40.
LK Oui la loi du prébail.
RG Après fin 41 il y a la charte de l’Atlantique etc.
Donc voilà, nous on sait et Angela Merkel, elle découvre ; bienvenue au club !
LK Renaud, me permettez-vous un petit bémol sur le retrait de l’OTAN. Il ne faut pas oublier qu’il est venu après le refus des américains en 58 l’idée du général de Gaulle d’un directoire à quatre.
RG Oui c’est le mémorandum de 58, que l’on appelle le mémorandum d’un condominium à trois, d’un directoire à 3, les anglais, les américains et les Français. De Gaulle a été vraiment gonflé, il voulait que l’on puisse avoir notre mot à dire sur l’usage des bombes atomiques américaines et anglaises.
LK Kennedy avait refusé la MLF, la force multilatérale avec le double bouton.
RG Oui et puis vous connaissez la fameuse anecdote du général Nordstad, était le chef de l’OTAN en 56 et ce Nordstad qui était loin d’être idiot et qui connaissait de Gaulle depuis Alger et qui a donc le poste militaire le plus important de l’armée américaine et comme il est loin d’être idiot, il rend une visite de courtoisie à de Gaulle, il va donc à Colombey voir de Gaulle qui, évidemment, est très sensible à ce geste.
Car de Gaulle n’est rien à l’époque, il est même interdit de radio par vos « amis socialistes » …
LK rires… Ce ne sont pas mes amis.
RG Je sais je plaisante. Donc de Gaulle, est interdit de radio de 46 à  58. De Gaulle est juste rien, il écrit ses mémoires. Le général Nordstad se pointe à Colombey : bonjour mon général, bonjour mon général et de Gaulle se plaint auprès de ce général américain que les camions américains roulent avec des phares blancs alors que le code de la route français impose des phares jaunes. Bien entendu le général Nordstad a donné l’ordre à tous les camions américains de peindre leurs phares en jaune car de Gaulle était vexé que les américains n’appliquassent pas le code de la route français.
LK Vous avez parlé d’avion lorsque le général de Gaulle n’était plus au pouvoir, a voulu entreprendre une tournée en Afrique, il a demandé, et c’est d’ailleurs la seule chose qu’il a demandée pour lui, il a dit les américains m’ont offert…
RG Un avion tout à fait.
LK Et je veux cet avion pour aller en Afrique, le gouvernement français n’était pas ravi de le lui donner.
RG Tout à fait.
LK Puisque vous parlez d’anecdotes, une des plus belles anecdotes c’est Giscard d’Estaing qui était allé au couronnement du roi d’Espagne et peut être de la Grèce qui a dit à propos de l’entrée de la Grèce en Europe- il se doutait en effet que les statistiques étaient truquées- a dit : on ne fait pas attendre Platon.
RG Rires. Oui mais je ne suis pas sûr que ce soient les mêmes grecs qu’aujourd’hui. Donc le général Nordstad va voir de Gaulle qui était président de la République. Nordstad ,patron des forces américaines en Europe, demande un rendez-vous au président de la République française qui lui est accordée immédiatement. Et donc il arrive à l’Élysée, chacun flanqué de ses conseillers. Le début de la réunion est très chaleureux au départ, de Gaulle se souvenant  évidemment de la précédente visite de courtoisie, l’atmosphère est vraiment très bonne. Mais les choses se corsent très rapidement ; la discussion commence et le général de Gaulle déclare immédiatement à : ma première question est de savoir combien avez-vous de têtes nucléaires sur le sol français et où se trouvent- t elles ? Et le général Nordstad de répondre : Monsieur le Président de la République, c’est un secret que je ne peux divulguer devant tout ce monde. Et donc tous les conseillers sortent et ils se retrouvent en tête à tête.

A ce moment Norstad de dire : Monsieur le Président de la République, je suis vraiment désolé mais je n’ai pas le droit de vous le révéler. De Gaulle répond alors avec sa majesté coutumière :vous savez que je vous aime bien, mon cher ami, mais c’est la dernière fois qu’on répond comme cela au Président de la République.
LK Il y a une anecdote qui était plus soft à ce sujet lorsque Kissinger vint voir le général de Gaulle. Il y avait une profonde admiration mutuelle entre eux deux.  
RG Oui tout à fait.
LK La France voulait avancer plus vite dans la bombe H
RG Parfaitement.
LK Donc Kissinger dit à de Gaulle : je ne peux pas vous révéler ces secrets, mais je peux vous faire gagner du temps. Pour aller plus vite, ce que je peux vous déceler, c’est que si vos ingénieurs vont trouver nos savants, nous leur diront s’ils sont sur la bonne voie ou sur la mauvaise voie.
RG rires très bien.
LK Donc le bilan est globalement positif. Autre chose et là je suis persuadé que nous serons d’accord, c’est que malgré toutes ses prestations et serments pour les Droits de l’Homme etc qu’elle partage vraiment…
RG Oui elle est sincère, je vous l’ai dit, elle est vraiment sincère.
LK Oui ses relations avec la Chine et la Russie, elle a mis de l’eau dans son vin.
RG Oui alors la Chine évidemment, c’est le premier partenaire commercial de l’Allemagne donc évidemment c’est très important pour elle et elle est quand même là pour vendre des voitures et des machines-outils et la Russie, elle parle russe. Evidemment que l’Allemagne doit avoir des relations avec la Russie, de tout temps d’ailleurs. Catherine II était allemande, mais effectivement il y a eu la grande déception avec Poutine. Il y a eu deux phases, la première qui se passe bien avec Poutine comme d’ailleurs cela se passait bien avec Schröder, vous vous souvenez du discours de Poutine au Bundestag et puis la seconde phase, où elle est extrêmement déçue parce que Poutine lui a menti sur la Crimée. A partir de 2014, les relations deviennent mauvaises parce que cette fille de pasteur ne supporte pas le mensonge.
Ce me semble une bonne conclusion de notre entretien ? Je trouve que c’est pas mal, non ?
LK Elle en a beaucoup voulu aussi à Obama de l’avoir espionnée.
RG Oui, mais ça bon ! On devrait avoir assez de matériel !
LK Oui mais si vous le permettez, et pour mon plaisir, juste une dernière chose. Grâce au général de Gaulle, il y a toujours eu sauf entre Pompidou et Willy Brandt, il y a toujours une excellente entente entre les deux têtes de l’exécutif entre l’Allemagne et la France.
RG Tout à fait.
LK Le dialogue entre la France et l’Allemagne avec le format Normandie, ne serait-ce pas un renforcement de l’axe franco-allemand ?
RG Le format Normandie, qui est d’ailleurs, une idée française est une très bonne idée et il faut la continuer. Effectivement, il est ridicule que la France et l’Allemagne parlent seules à la Russie ou à la Chine ou même se concertent seules avec nos amis américains, il vaut mieux un axe Paris-Berlin pour parler à la Chine et à la Russie et même le « penseur » Renaud Girard, rires, considère que le meilleur axe pour peser sur la géopolitique est un axe Paris-Londres-Berlin voilà !
LK Alors, vous êtes un peu en contradiction avec le général de Gaulle qui disait l’Angleterre restera toujours…
RG Oui c’est exact. Mais c’était quand même l’alliée, Mitterrand était gaullien en soutenant l’Angleterre contre l’Argentine, c’est quand même l’alliée historique. Ils nous ont aidé, France Libre etc. Il y a aussi la conférence de Gaulle sur le Marché Commun et l’Angleterre, où il avait parfaitement raison parce que ce n’étaient pas du tout les intérêts de l’Angleterre de rentrer dans le Marché Commun et tout cela est parfaitement décrit.
Mais il n’y a pas que cela comme le discours de de Gaulle. Il y a aussi le discours de Gaulle en 1960 à Londres que vous devriez réécouter. Mister Lord Mayor etc discours fait en français, évidemment tous les anglais comprennent le français…lors de son voyage glorieux à Londres.
LK En carrosse avec la Reine
RG Et la Reine l’attend à la sortie du tram.
LK Le seul moment où de Gaulle a parlé en anglais.
RG Là, il dit trois mots Lord Mayor
LK Il a parlé en anglais une seule fois lorsqu’il est allé presque à la fin de la guerre à New York et qu’il a été acceuilli par le maire Fiorello La Guardia.
RG Oui c’est tout à fait exact.

Expert en géopolitique, il tient la chronique internationale du Figaro, il a écrit plusieurs ouvrages sur le Moyen-Orient, intervient dans les médias et anime régulièrement des conférences internationales. Il est notamment spécialiste de la zone Afghanistan/Pakistan, du Proche-Orient (Égypte, Liban, Syrie, Israël-Palestine), de la Russie et de la Chine. Il a été invité en décembre 2014 par le Asia Center et le China Institutes of Contemporary International Relations (CICIR).

Renaud Girard exerce également une activité de conférencier et de médiateur international. Il entreprend par exemple dès 2007 une médiation entre la France et l’Iran pour l’Élysée.

En 2014, il a reçu le Grand Prix de la presse internationale pour l’ensemble de sa carrière. Dernier ouvrage paru : Quelle diplomatie pour la France ? Prendre les réalités telles qu’elles sont (Cerf, 2017)

Il est également Professeur ( brillant ) à Sciences-Po Paris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :