Que ce souvenir vive chaque année. 6 juin 1944 : In Memoriam

Churchill et Eisenhower

In Memoriam

En reconnaissance aux 10 500 soldats alliés morts pour la liberté dans les premières 24 heures du débarquement du 6 Juin 1944.

Aucun mot ne pourra évoquer le courage, la générosité et l’abnégation des soldats alliés venus abattre l’hydre nazie.

Souvenons-nous !

Dans l’histoire de l’humanité nulle trace d’un tel courage !

10 500 soldats sont tombés au champ d’honneur afin que nous puissions vivre libres!

Souvenons-nous !

Ce combat- si toutefois cette formule fait sens- fut peut-être dans l’histoire de l’humanité le seul combat totalement pur ! Le combat du bien absolu contre le mal absolu.

Souvenons-nous !

Ils ne sont pas morts pour conquérir ou garder une terre. Ils ne sont pas morts pour un quelconque appât du gain. Ils ne sont pas morts mûs par un quelconque esprit de vengeance.

Souvenons-nous !

Ils sont morts parce que la liberté est le bien commun le plus précieux.

Ils sont morts pour que nous puissions vivre libres ! Ils sont morts sans distinction de race, de religion, de nationalité, de couleur de peau. Ils sont morts parce que c’était leur devoir !

Ils sont morts parce que c’est le devoir sacré de tout homme de préserver et de chérir la liberté !

Souvenons-nous !

Ils sont morts pour que nous vivions heureux. Ils sont morts pour que nous vivions ! Souvenons-nous !

En ce jour du 6 juin je me souviens et verse une larme sur leur grandiose héroïsme à jamais inégalable.

En ce jour du 6 juin, je me souviens et verse une larme sur leur descendance disparue à jamais !

6800 soldats américains, dont la plupart ne savaient même pas -quelques semaines auparavant- où se trouvait la Normandie, sont morts pour que je vive !

Je me souviens et verse une larme.

10 500 soldats alliés fauchés par la mitraille allemande sur les plages et sur les mers où j’ai joué enfant. La fine fleur d’une jeunesse dont le sang a coulé dans la mer où mes enfants se baignent dans la joie.

Je me souviens et verse une larme !

« I have nothing to offer but blood,toil,tears and sweat …never in the history of mankind have so many owed so much to so few…

We shall fight on the seas, and oceans; we shall fight with growing confidence and growing strength in the air…whatever the cost may be. We shall fight on the beaches, we shall fight on the landing grounds, we shall fight in the fields and in the streets, we shall fight on the hills; we shall never surrender…”

Winston Churchill

Souvenons-nous!

Souvenons-nous du courage de ces soldats. Mais souvenons-nous aussi que rien de tout cela n’eût été possible sans l’indomptable courage et l’indomptable volonté de Winston Churchill, qui a porté la guerre tout seul sur ses épaules pendant de longs mois !

Que sa mémoire et la mémoire des soldats tombés au champ d’honneur restent en nos âmes.

Pour avoir une idée minime de ce que fut le courage de ces hommes débarquant dans l’eau, exposés à la mitraille ennemie allez en « pèlerinage » sur les plages du débarquement. C’est le moins qu’on leur doit.

Cette prière latine, inspirée de Jérémie, hommage à leur courage.

« Cum recorder dies mortis

Et extremae diem sortis

Sic me terrent isti dies

Ut si mihi nulla quies. »

« Quand je pense au jour de la mort

Et au jour du dernier sort,

Ces jours m’atterrent tellement

Que je n’ai plus aucun repos »

Le poème de Paul Éluard, merveilleuse ode à la liberté.

Léo Keller

Liberté de Paul Eluard

Liberté

Sur mes cahiers d’écolier

Sur mon pupitre et les arbres

Sur le sable de neige

J’écris ton nom

 

Sur les pages lues

Sur toutes les pages blanches

Pierre sang papier ou cendre

J’écris ton nom

 

Sur les images dorées

Sur les armes des guerriers

Sur la couronne des rois

J’écris ton nom

 

Sur la jungle et le désert

Sur les nids sur les genêts

Sur l’écho de mon enfance

J’écris ton nom

 

Sur les merveilles des nuits

Sur le pain blanc des journées

Sur les saisons fiancées

J’écris ton nom

 

Sur tous mes chiffons d’azur

Sur l’étang soleil moisi

Sur le lac lune vivante

J’écris ton nom

 

Sur les champs sur l’horizon

Sur les ailes des oiseaux

Et sur le moulin des ombres

J’écris ton nom

 

Sur chaque bouffée d’aurore

Sur la mer sur les bateaux

Sur la montagne démente

J’écris ton nom

 

Sur la mousse des nuages

Sur les sueurs de l’orage

Sur la pluie épaisse et fade

J’écris ton nom

 

Sur les formes scintillantes

Sur les cloches des couleurs

Sur la vérité physique

J’écris ton nom

 

Sur les sentiers éveillés

Sur les routes déployées

Sur les places qui débordent

J’écris ton nom

 

Sur la lampe qui s’allume

Sur la lampe qui s’éteint

Sur mes maisons réunies

J’écris ton nom

 

Sur le fruit coupé en deux

Du miroir et de ma chambre

Sur mon lit coquille vide

J’écris ton nom

 

Sur mon chien gourmand et tendre

Sur ses oreilles dressées

Sur sa patte maladroite

J’écris ton nom

 

Sur le tremplin de ma porte

Sur les objets familiers

Sur le flot du feu béni

J’écris ton nom

 

Sur toute chair accordée

Sur le front de mes amis

Sur chaque main qui se tend

J’écris ton nom

 

Sur la vitre des surprises

Sur les lèvres attendries

Bien au-dessus du silence

J’écris ton nom

 

Sur mes refuges détruits

Sur mes phares écroulés

Sur les murs de mon ennui

J’écris ton nom

 

Sur l’absence sans désir

Sur la solitude nue

Sur les marches de la mort

J’écris ton nom

 

Sur la santé revenue

Sur le risque disparu

Sur l’espoir sans souvenir

J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot

Je recommence ma vie

Je suis né pour te connaître

Pour te nommer

Liberté.

Paul Eluard

in Poésies et vérités 1942

Ed. de Minuit, 1942

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :